YAKSERIES RESOLVE 101 #6: Gérer les fichiers audios !

Dans ce sixième épisode de YAKSERIES consacré à Davinci Resolve de Blackmagic Design, nous allons nous intéresser aux fichiers audios et ainsi voir quelles sont les possibilités de gestion des sons dans un montage que ce soit au niveau de l’organisation des médias, du mix ou l’application d’effets. Pour rappel, les cinq premiers épisodes, ainsi que d’autres tutoriels vidéos sont disponibles sur Davinci Resolve sur cette page.

12 Commentaires

  • VSD dit :

    Merci Erwan pour ce nouveau Yak série consacré au son,
    Clair et précis comme tu sais si bien le faire… 🙂

  • Renand dit :

    Super merci Erwan, ce soft me semble de plus en plus puissant à mesure que je découvre ses fonctionnalités. Je me prends à rêver d’un ultime épisode qui montrerait un workflow de montage FCPX et étalonnage dans Résolve 🙂

  • Samalaplaya dit :

    Hello,
    @Erwan : autant les autres vidéos, étant de surcroit consacrées à la découverte donc pas à des fins power user ou pro intensif, étaient exhaustives et présentaient bien le panel, autant ici j’aurais peut-être insisté sur le read-write-latch-touch et sur les points clés directement dans la TL, pour dire vite fait. Ce qui n’enlève rien au fait que cette vidéo et les précédentes sont très bien « roulées » 🙂
    Au passage, un point important qui devrait intéresser pas seulement les power users : les raccourcis pour passer d’un point clé à un autre, sont alt + ‘ et alt +  » … Dans ce contexte, je pense que c’est très utile pour jumper à un point à rectifier.

    @Renand : il est particulièrement puissant de puis sa version 9, alors t’imagines à la 12.5 ;-). Si tu le trouves déjà si puissant avant d’arriver à l’onglet Color, t’as que des bonnes nouvelles devant toi. Sinon, l’ultime épisode de tes rêves, je crois qu’il existe déjà, il devrait normalement/logiquement s’appeler roundtrip XML ou quelque chose comme ça, Erwan l’a déjà fait, tu devrais le trouver pas loin.
    Sinon, je m’étais promis de m’abstenir de finir par un petit troll, mais là j’ai trop de mal alors je me laisse quand même aller à une version aseptisée hehehehehe… En effet, rêver d’un workflow parfait entre FCPX et Resolve est un peu dangereux pour les utilisateurs : une première partie – dont tu sembles faire partie – pourrait rapidement découvrir qu’il ne sert à rien de « roundtripper » entre les 2 puisque rester sur un seul suffit (ou suffira sous peu selon les exigences spécifiques) plus ou moins largement; l’autre partie le sait déjà de toute évidence.
    Alors, ça vous a plus 🙂 ?

  • VSD dit :

    @ Samalaplaya,
    Tout à fait d’accord avec toi ! 🙂
    A lui seul Davinci Resolve ce suffit !
    Petite aparté…
    Peut être pourras-tu m’expliquer (j’ai envoyé un feedback à ce sujet!)
    Comment faire un arrêt sur image et d’exporter cette dernière à d’autre fin utile ?

  • Julien dit :

    Perso, tant que la principe de TL magnétique sans piste, de rôles, de plans connectés etc n’existera pas dans DVR, je me vois pas switcher. J’ai trop pris mes aises avec ça et le retour aux traditionnelles pistes me donne l’impression de revenir au temps des dinosaures… (oui bon d’accord j’exagère :-))
    Mais j’imagine que Apple l’a brevetée et qu’elle se la garde.

  • Samalaplaya dit :

    Hello again,
    @Julien : oui, mon petit trollounet n’avait pas la prétention de vraiment prendre grand monde dans ses filets, et ce que tu dis était donc prévisible. Même s’il serait globalement très discutable de ne pas arriver à tes fins en utilisant les outils existants (hormis TL magnétique), mon propos n’avait pas la prétention de faire switcher réellement. Je pense donc qu’à l’usage, arriver aussi rapidement et efficacement à ce que tu fais dans FCPX est possible dans Resolve, mais ce n’est pas la réelle question car en réalité la question n’est plus technique. Pour le reste, on ne va pas disserter sur le caractère inféodé à Apple, qui pour moi méritait d’y penser à 2 fois, et pour lequel j’ai même accepté au début quelques concessions techniques. Maintenant, que le gap s’est agréablement résorbé, je reste intimement persuadé avoir misé sur le bon cheval à terme, mais tout ceci est subjectif, je te l’accorde. (signé : un énorme fan d’OSX, pour bien situr quand même). 🙂

    @VSD : si tu veux utiliser ton arrêt sur image dans le montage, c’est TL au bon endroit > Clic droit sur le clip > Freeze frame. Tu as les 2 poignées à droite et à gauche pour réajuster la longueur. Si tu as l’intention de réajuster à l’intérieur du clip (par ex ralentir avant l’arrêt total puis faire repartir après), l’idéal est d’abord d’afficher les options de retiming (cmd + r) > clic sur la flèche voisine du 100% (tempo initial) et de partir de là.

    Exporter l’image c’est dans l’onglet Color, pour des raisons précises¨*. Tu positionnes la tête de lecture au bon endroit dans le viewer et tu sauvegardes l’image (grab still) en faisant cmd + alt + G (qui correspond dans le menu supérieur à View > Stills > Grab Still). Tu peux aussi faire ça directement en cliquant droit sur l’image du viewer.
    [*L’esprit, dans Resolve, c’est non seulement d’avoir l’image, mais aussi d’en sauvegarder l’étalonnage de ce cliché. Par ex. si « les autres fins utiles » dont tu parles sont d’appliquer cet étalonnage sur d’autres images du projet, ou dans un autre projet.]

    Dans tous les cas, tu retrouves ton image fixe en cliquant sur Gallery, coin supérieur gauche de l’onglet Color. Juste en-dessous tout à gauche c’est le bouton « stills album », le moyen de voir ton cliché. Le mode liste te montre – encore juste en-dessous – les lignes Stills et Powergrade, et en recliquant sur stills album, tu découvres l’intérieur de celle des 2 lignes sur laquelle tu t’étais positionné : le 1er contient ton cliché, que tu peut faire glisser dans le 2ème (powergrade) si tu veux que cet étalonnage soit dispo pour tous les autres projets. Je détaille à mort mais tout ça c’est 4s. de manip’ hahahahaha…

    Pour exporter ton image, clic droit sur le cliché > Export. Il t’exportes alors dans le format que tu choisis (7 ou 8 choix, dont dpx,jpeg, png et tiff). En fait il t’en exporte un 2ème (.drx) qui contient les metadata de l’étalonnage du cliché).
    Voili voilou. A

  • Renand dit :

    @ Samalaplaya

    En fait, je débarque niveau montage sur solutions informatiques, non pas que j’utilisais autre chose récemment, mais plutôt que je reviens aux métiers de l’images après un paquet d’années à faire autre chose et pire encore 🙂 je n’ai jamais été monteur … Donc pour faire simple je me forme depuis peux de temp sur des projets institutionnels et je mesure les implications et nécessités de devoir ouvrir les yeux sur les quelques outils dispos.

    Comme pas mal de monde j’ai plongé vers FCPX qui était, à mon sens un bon compromis simplicité, prix, possibilités, intégration. Mais c’était sans compter sur les facéties d’Apple qui semble clairement plus intéressé à développer des iBidules pour le très grand public que de faire en sorte que les OS et matériels vendus au pros soient stables et performants.
    Du coup je en serais pas étonné qu’un jour FCPX sorte du jeux comme Aperture …. ou même qu’en fonction de la vision super limitative de la marque niveau utilisateurs et besoins de ceux ci, des fonctions importantes à beaucoup disparaissent comme à l’époque de Final cut studio avec DVD studio pro qui, pour une société supprimant les lecteur de DVD de ses machines, était devenu un affront au design épuré d’une machine qui pour mémoire était à leurs yeux une oeuvre d’art 1 an avant…
    Deuxième couche, les machines permettant de faire tourner FCPX efficacement sont devenus juste hors de porté niveau budget… y’a donc des chances que je retourne sur PC, mais là n’est pas le débat.

    Bref.. en gros je n’ai plus confiance.

    Et du coup un Logiciel comme Resolve me semble réellement une super opportunité. La notion de nodes me semble pour le moment obscure, mais j’attends de voir ça dans les prochains épisodes, car ce serait pour moi un très bon candidat au remplacement de FCPX, donc troll pas qui veut 🙂

    J’ai aussi accès à Première et d’un premier abord, c’est pareil je ne le sens pas trop, je dois être même carrément hermétique. Autant resolve semble apporter une vision « Utilisateur » du besoin de montage, autant Première me donne l’impression qu’il va me falloir revoir complément ma copie et appréhender une grosse couche de marketing et de process lourds.. bref j’le sens pas.
    Pourtant en terme de suivi dans le temps je pense que c’est le bon candidat, Adobe n’a pas d’autre business que le software, y’a donc des chances que ce logiciel soit la pour quelques décennies encore…

    Mais bon.. j’attends la suite avec impatience…

  • VSD dit :

    Merci, merci tout plein Samalaplaya 🙂
    Oui, effectivement c’est plus « judicieux » de le faire par Color !!!
    Cela m’évite de les retoucher dans Lightroom ou Photoshop !
    Je m’en sert à l’impression sur des DVD ou pour des jaquettes pour des blu-ray 🙂

  • cv2121 dit :

    Merci, encore une fois, Erwan pour cette série de prise en main du logiciel Resolve.
    Au delà de l’apprentissage, par rapport à la pléthore d’offre logicielle de qualité et la pléthore de tutos, cela permet de mieux comprendre les atouts de chacun des logiciels et donc de choisir celui qui convient selon son usage, son workflow, son parc informatique et les personnels qui les utilisent.

  • Samalaplaya dit :

    @Renand : d’accord sur tout, notamment sur l’éventualité des conséquences d’une vision limitative, sur la confiance, sur la prudence que ça impose, même sur le fait qu’effectivement sur le papier Première a tout pour durer (ce qui n’est pas un atout dont tout le monde peut se targuer). Bon, j’arrête ce HS, mais on s’est compris.
    Pour ce qui est de la notion de noeuds, c’est totalement libératoire et permet un nombre incroyable de combinaisons; s’y frotter ne te sera pas si difficile, c’est assez intuitif après assimilation de certains fondamentaux. Sincèrement, par comparaison dans un domaine puissance-créativité, le nodal c’est quand même autre chose qu’une TL magnétique concernant les champs que ça couvre, et pour celui de Resolve qui concerne l’étalonnage, sur le panel du champ d’action dans un workflow : pour un produit fini* efficace et qualitatif, c’est quand même excellent (*pas pour le bien-être du monteur, pour la qualité de ce que va voir le client).
    Perso par ex., j’aurais transformé Motion en nodal depuis un moment, avec un roundtrip avec FC à la clé, m’enfin c’est leurs oignons 🙂 Le nodal, c’est vraiment de la bombe et généralement ça n’occulte pas totalement une TL pour la notion de temps ou des keyframes.
    @VSD : de rien, c’est bien peu de choses…

  • cv2121 dit :

    Pour ma part je rejoins l’avis de Julien, cette série prouve que ce logiciel est une « tuerie » (+ fusion), finalement comme l’ensemble de l’offre « dinosaure » dispo ;-)) avec l’avantage d’une interface claire qui masque son embonpoint de réglages nécessaires pour certains métiers. Au tarif de 0 euros pour la version « pas vraiment si limitée » c’est une aubaine.
    En revanche, plus je regarde, plus cela me conforte dans le choix de FCPX + Motion !
    Ok, comparé à resolve, premiere, etc…il y a des fonctions, des compatibilités qui n’existent pas mais dans l’ensemble l’apparente et réelle simplicité (bibliothèques, les tag, la publication des titres, effets, transitions sans oublier la timeline magnétique surtout en V2) a le mérite d’inspirer ;-)) et reste un atout.
    Lors de la bascule de fcp7, resolve a été mis à la poubelle d’entrée car incompatible avec les « 3/4 » du parc (c’est toujours le cas d’ailleurs). Cette V12 a fait un pas en avant niveau compatibilité mais reste sur une base de logiciel de colorimétrie…pour du news…c’est lourd. En résumé, j’adore mais cela reste une solution de repli.
    Donc pour l’instant, fusion pour des besoins annexes (vivement une yak séries) et apprentissage de fcp8;-)) / resolve en secours dès que ce sera possible, surtout en raison des sautes d’humeurs d’Apple, merci les Yaks !

  • phiphi dit :

    je trouve que ce logiciel évolue bien pour ce qui est de la partie montage. Par contre il faut une machine puissante mais çà, c’est pas vraiment un soucis aujourd’hui, sauf pour ceux qui reste sur MAC. Et c’est bien là le gros avantage de Resolve. pour ceux qui, comme moi, avons choisi de ne plus nous faire balader par Apple.
    j’aime l’interface qui est claire, avec les outils qui sont là où on s’attend à les trouver.
    Et puis surtout, ce que j’aime par dessus tout, c’est que lorsque vous envoyer un mail à Blackmagic pour poser une question, vous avez des gens qui vous répondent rapidement. Et çà, chez Apple, c’est de l’ordre du fantasme. Que ce soit sur un soucis technique ou sur une proposition de fonction à modifier, ils vous répondent rapidement.

Laisser une réponse